Le rallye des Baux : un week-end à la découverte des vignerons des Baux-de-Provence

Les températures avoisinant les 26 degrés, un 17 octobre (tout va bien…) me donnent envie de vous emmener dans le Sud de la France et plus précisément dans les Baux-de-Provence. Un petit bout de France qui m’avait déjà laissé des souvenirs impérissables depuis mon enfance. C’est avec un autre regard, que j’y revenais une quinzaine d’années plus tard, celui de l’œnotourisme. Pour la première fois, l’appellation les Baux-de-Provence a organisé avec l’aide de l’agence Rouge Granit, un rallye des vignerons des Baux-de-Provence afin de faire connaître les vins A.O.P Baux-de-Provence. Un A.O.P assez récent puisqu’il est né en 1995 et qui compte douze vignerons.  Un écrin au cœur des Alpilles assez préservé par le climat, puisque le temps y est très sec. C’est donc tout naturellement que les producteurs ont essayé de préserver leurs territoires en privilégiant l’agriculture biologique voire même la biodynamie. Les vins proposés sont blancs (mon coup de cœur revient au Dalmeran et sa propriétaire qui était intarissable sur le sujet, une belle rencontre), rosés ou rouges.

Au programme pour ce rallye ouvert au grand public (prix 35€), la découverte de trois domaines et d’un moulin à huile d’olive. L’occasion d’échanger avec des vignerons passionnés, d’en apprendre plus sur l’appellation les Baux-de-Provence et aussi de déguster. Le circuit exact restait inconnu pour chaque participant, c’est en résolvant les énigmes que l’on découvrait l’étape suivante.

A travers les fenêtres de notre bus, je redécouvrais une parfaite alliance entre les paysages bruts et la nature retravaillée par les hommes, les vignobles. J’ai entendu dire que la meilleure manière de découvrir la France se faisait par ses routes (c’est applicable pour tous les pays me direz-vous) et c’est peut-être vrai… Il faut dire que nos haltes dans des domaines viticoles tous plus bucoliques les uns que les autres ont apporté encore plus de charme.

Mas de Gourgonnier

Notre première énigme nous a conduit au Mas de Gourgonnier où quelques voitures de collection (celles de participants) nous attendaient sagement garées devant un mas provençal (des vieilles pierres, des volets verts, des plantes grimpantes, vous imaginez le décor…). Pour ne rien gâcher à ce cadre idyllique, les vignes nous faisaient face à perte de vue. Un chef cuisinier avait préparé quelques fruits au vin (mention spéciale pour les poires au vin blanc et au safran) et bien évidemment quelques bouteilles du Mas de Gourgonnier nous attendaient pour la dégustation. Après une visite organisée par la propriétaire des lieux, il est temps déjà de quitter cette première étape, non sans s’être imprégnée de l’odeur des fûts de chêne.

Mas de la Vallongue

Direction, la deuxième étape de notre parcours, le Mas de la Vallongue. Si le décor change quelque peu avec ce domaine gigantesque dont les montagnes sont les seules frontières, la volonté de bien faire est toujours présente. J’y découvre le labourage présentée par le champion de France de labour en personne.

La visite se ponctue par un déjeuner au soleil, mettant à l’honneur la soupe au pistou.

Moulin Jean-Marie Cornille

Troisième étape au moulin Jean-Marie Cornille pour mettre en lumière, une autre richesse de la région : les olives. J’y apprends que ce moulin est un des plus importants de France. Pourtant sa méthode de pressage reste artisanale et n’a pas vraiment changé à travers les siècles : un savoir-faire ancestral, donc.

Mas Sainte Berthe

Dernière escale au Mas Sainte Berthe pour une marche de 30 min dans les vignes à la recherche de feuilles issues de différents cépages. Même si, à première vue, les feuilles des vignes se ressemblaient toutes pour moi, j’ai appris à les distinguer (par contre, j’ai déjà tout oublié haha…).

Après une journée bien remplie, le circuit se conclut dans une ambiance très conviviale par une remise de prix récompensant les équipes ayant récoltées le plus de bonnes réponses, les Sam de la journée,…

Quant à nous, nous nous sommes rendus Aux ateliers de chez Franck&Flo pour dîner. Un restaurant aux allures de guinguette : ici et là étaient suspendus des lampions et des objets de décoration tous différents les uns des autres (d’ailleurs, ils étaient tous à vendre). Le coup de cœur était également dans l’assiette avec des plats gourmands. Je garde particulièrement un bon souvenir de l’agneau confit et son écrasé de pommes de terre. Un plat que je ne choisis jamais au restaurant et pourtant, je vais y réfléchir à deux fois, à présent.

Je me rends compte que je ne vous ai pas parlé du premier restaurant dans lequel nous avons dîné (il faut dire que je viens d’écrire un roman haha). Le premier soir, notre équipe est arrivée la faim au ventre au Garde-Manger. Un restaurant charmant où notre grande tablée s’était installée à l’extérieur, sous une tonnelle. Le dîner a débuté par une fricassée de champignons et œuf mollet à l’estragon. Incontestablement, mon coup de cœur gastronomique du séjour !

Cette 1ère édition des rallyes des Baux-de-Provence fut une vraie réussite ! Chaque domaine a joué le jeu en proposant des activités ludiques de son choix et en permettant à chacun de comprendre les techniques de vinification. Merci à l’équipe Rouge Granit pour l’invitation, son professionnalisme, son dynamisme et sa bonne humeur !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s